logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

16/11/2011

ECRIRE

Ecrire, ce verbe irrégulier donc imparfait, me plaît.
Pour écrire, "écrire", il faut pouvoir écrire.
Etre doté de doigts, d'un poignet, d'une tête, d'un cerveau,
d'une vue suffisante pour dessiner les mots.

Comme le baba au rhum, les vins fruités d'Alsace, le couscous ou la paella,
écrire fait partie des plaisirs de la vie pour moi.
Cette nécessité a mûri doucement avant d'éclore.
Le plaisir peut se transformer en instinct de survie.
La déprime ou l'angoisse remplace parfois l'envie.
Et l'acte d'écrire se métamorphose en thérapie.
C'est ainsi qu'un jour la thérapie supplanta l'envie.

Ce jour là, j'ai vidé mon esprit et  lavé les mots ;
je les ai séchés, repassés, retournés, classés pour les utiliser.
Je me suis installée dans un endroit tranquille, bien éclairé.

L'aventure a commencé ainsi :
d'abord une feuille de papier, si possible pas vierge mais déjà griffonnée.
Mon crayon avide de s'élancer, prisonnier entre le pouce, l'index et le majeur, dérape,
dessine, trace.
Souvent des arrondis, des carrés, des yeux anonymes, une bouche à peine ébauchée,
une silhouette, sont les premiers jets pour chauffer l'imagination, dérouiller la mémoire endormie.


La page m'attend ; nous attend, mon crayon et moi ;
moi "l'esprit" lui le "petit génie".
Je note de-ci de-là, un mot, une phrase qui se prolonge
et ne veut rien dire mais il faut bien se lancer.

Les dicos sont près de moi toujours, les indispensables.
Celui des synonymes ;
le dico d'orthographe le petit frère du grand, "le dictionnaire de la langue française."
J'installe également à portée d'écriture :
le petit livre de la ponctuation que j'utilise à la relecture ;
"le dictionnaire des mots rares et précieux", ce dernier est une curiosité que je feuillette
pour le plaisir.
J'ai ressorti "pour tout l'or des mots" de Claude Gagnière que j'avais oublié.
Je le relis avec tant d'intérêt que j'en oublie l'objet de ma recherche.
Le dictionnaire de grammaire, celui des mots anciens, de vocabulaire
et les trois tomes d'Alain Rey où je plonge volontiers ma curiosité à la recherche de l'éthymologie.
(aujourd'hui un clic http://micmap.org/dicfro/chercher/dictionnaire-godefroy/ et plus de papier.
Rien ne remplacera jamais la sensualité qui m' envahit lorsque je tourne les pages d'un livre.)



Ils sont empilés sur une chaise près de moi. Mes vieux amis.


Pour terminer mon inventaire, "trouver le mot juste" de Paul Rouaix,

très riche en synonymes est un complice très efficace pour donner au texte toute sa dimension, sa force, ou sa grandeur.

Ils sont douze compagnons inséparables qui m'assistent et me rassurent.


La partie est engagée entre moi, le crayon, le papier et déjà je m'impatiente, je ronchonne,
je maugrée au bout d'une heure ou deux.
Je suis en rade.
L'excuse est toute trouvée pour enfin décompresser :

c'est l'heure de la pause café !

 

J'ai écrit ce petit texte pour l'atelier d'écriture il y a quelques années.

16:47 Écrit par Charline TABONI dans ATELIER D'ECRITURE | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : écrire, thérapie, plaisir, mots, phrases, mémoire |  Facebook

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique