logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

06/12/2010

MANTEAU MEURTRIER ou L'HIVER LIT BLANC

MANTEAU MEURTRIER

 NITESCENCE ET SAISONS

La gelée a posé son manteau meurtrier.
L’hiver a encerclé les êtres et les ramures.
Les rais luminescents régénèrent l’azur,
Brouissent les jeunes pousses à peine réveillées.


La vernalisation offre ici le beau rôle
Aux rayons encore pâles, laissant au rêve la place.
Dans les vergers les oiseaux piaillent, les pies jacassent ;
L’arbre se couvre de fleurs ; la guêpe n’est pas folle !


Gardons nous des heures chaudes sur la plage l’été.
L’ombre au mois de Phoebus est l’amie recherchée.
L’été de Saint Martin s’annonce, déjà on craint


L’approche d’un automne hivernal et cruel ;
On porte le manteau, les chausses, grosses semelles.
Les rayons affaiblis retrouvent leur écrin.

 

                                                                                                              MAI 1998

 

L'HIVER

LIT BLANC

 

Découvrez la playlist MANTEAU MEURTRIER avec Line Renaud
L'un des chants que vous allez entendre "en traineau" est un chant scoot.

"Ce chant qui figure dans le répertoire scout, est l’adaptation du chant russe,

Katiuska. Katiuska demeure pour les Russes un chant patriotique.

L’origine de son adaptation en français est inconnu"

 Musique M. Blanter

Paroles M. Isakovsky

Écrit en 1938

EN TRAINEAU

 

1er couplet

Quand la neige a recouvert la plaine
Je prends mon cheval et mon traîneau

Et mon chant s’élève à perdre haleine

Non, jamais le monde fut si beau. bis

2e couplet

Au matin dans la brise glaciale
Je m’en vais au gré de mon traîneau

Mais le ciel peu à peu se dévoile,

Non, jamais le monde fut si beau. bis •

3e couplet

Dès le soir quand la nuit est rebelle
Mon cheval s’empresse au grand galop :

Mais mon cœur, lui, reste aussi fidèle,

Non, jamais le monde fut si beau. bis •

4e couplet

Vole au ciel, vole chanson légère
Le soleil vers lui t’emportera ;

Vers celui qui donne la lumière

Et réchauffe le cœur de nos gars. bis

20/10/2009

UN PEU DE MOI...ou CONFIDENCES

La première partie du texte (page suivante) exprime mes émotions de femmes, de mère ;

Ensuite, j'anticipe la grande vieillesse de mes parents.

Maman est partie avant que j'aie eu l'occasion d'exercer pleinement, sereinement, mon devoir d'enfant.

Mon père se retrouve seul loin de mes bases. Sans l'abandonner vraiment peut-être

pour déculpabiliser, je l'appelle régulièrement.

Mais en réalité je m'aperçois qu'il est heureux ainsi.

Il est libre de faire toutes les petites bêtises que n'importe quel de ses enfants lui interdirait.

Mis en garde par la faculté, il est tenu de rester tranquille...

Il est encore valide, et en attendant peut-être un jour prochain

si son appel devient pressant je serais présente à ses côtés...enfin si...


Ce n'est pas un texte littéraire.

Simplement j'ai couché sur le papier toutes sortes de sentiments qui se bousculaient

à cette période de ma vie...

Lire la suite

12:04 Écrit par Charline TABONI dans CITATIONS - VERSCirCulez | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique