logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

16/05/2012

COLONISATION ETC...dossier n°1

Nous sommes bien au XXIème siècle ?

Il y a ceux qui ne regardent l'Histoire que dans le rétroviseur,

et les autres qui ont appris et compris l'Histoire.

"...en 1885, après que Jules Ferry eut déclaré

qu'"il y a pour les races supérieures un droit,

parce qu'il y a un devoir pour elles.

Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures"..."

ZEMMOUR SUR RTL

(à l'heure où j'inscrit cette vidéo a problème de son à 1mn20s )

 

à voir sur son blog ultérieurement

...Ou l’on voit que la droite en 2006,
ne devrait pas avoir de complexes
vis à vis de la politique coloniale Française.

La gauche aujourhui a totalement oublié
(ou feint d'avoir oublié) cette page de sa propre histoire.
Mais le terrorisme intellectuel de la propagande progressiste est puissant et
l’inculture historique de nos hommes politiques abyssale…

 

 

 

LA COLONISATION

UNE IDEE DE GAUCHE (Lire)

 


"Cela ne vous a pas échappé : le passé colonial de ce pays est devenu un élément à charge constant dans le procès permanent en infamie fait à la France par nos amis progressistes…

Pour autant, nul ne s’étend sur les idéaux qui ont porté l’entreprise coloniale et permis l’érection de l’Empire colonial Français. Et pour cause.


Sous l’influence de deux républicains et hommes de gauche,
Léon Gambetta et Jules Ferry,
la France de la troisième république s’engagea
dans la voie de la création d’un empire colonial.
Si
Jules Ferry fut le père de la colonisation républicaine Française,
il ne fit en réalité que mettre en pratique l
’engouement que la gauche Française nourrissait alors pour l’expansion coloniale.

 

En 1879, avec une rare emphase, Victor Hugo avait ainsi prononcé un discours archétypique de la pensée coloniale de gauche
« (…) Cette Afrique farouche n’a que deux aspects :
peuplée, c’est la barbarie, déserte c’est la sauvagerie !
(…) Allez peuples, emparez vous de cette terre ;
Prenez-là !
A qui ?
A personne !.
Prenez cette terre à Dieu ;
Dieu donne l’Afrique à l’Europe !
Prenez-là, non pour le canon,
mais pour la charrue ;
non pour le sabre,
mais pour le commerce ;
non pour la bataille
mais pour l’industrie (applaudissements prolongés).

 

Versez votre trop plein dans cette Afrique, et du même coup résolvez vos questions sociales, changez vos prolétaires en propriétaires !

 

Faites des routes, faites des ports, faites des villes !

Croissez, cultivez, colonisez, multipliez, et que sur cette terre de plus en plus dégagée des prêtres et des princes,

l’Esprit divin s’affirme par la paix et

l’Esprit humain par la liberté

(applaudissements enthousiastes..) ».
Discours prononcé le
18 mai 1879
au banquet commémoratif de l’abolition de l’esclavage, en présence de Victor Schoelcher ! (1)

 

Ou encore, le même jour :
« Quelle terre que cette Afrique !

L’Asie a son histoire,

l’Amérique a son histoire, (…)

l’Afrique n’a pas d’histoire

 

Aujourd’hui une telle arrogance, un tel mépris à l’égard de l’Afrique
fermeraient à
Victor Hugo les portes du Panthéon et le rangerait dans
le camp des infréquentables…

 

Jules Ferry, ministre de l’Instruction Publique en 1879, puis Président du conseil fut un des principaux artisans de cette politique coloniale.

Sa doctrine coloniale reposait sur trois points:

- économique : l’Empire devait offrir un débouché à l’industrie Française ; la lecture des ouvrages de référence sur cette question économique (2) permet de mesurer l’ampleur de l’erreur d’appréciation,

- philosophique : la France, patrie des Lumières, se devait de faire connaître aux peuples qui l’ignoraient encore ce message universaliste. Dans la réflexion de la gauche Française, la dimension idéologique morale et universaliste tient une part considérable. On trouve chez Jules Ferry la notion de colonisation émancipatrice et cet homme de la gauche coloniale utilise alors des arguments qui choquent aujourd’hui : « Il faut dire ouvertement qu’en effet les races supérieures ont un doit vis à vis des races inférieures ; mais parce qu’il y a aussi un devoir. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures. » ! (discours à la chambre du 28 juillet 1885)

- politique : créer à la France de nouvelles conditions de rayonnement d’une grande puissance.

Dans la justification de sa politique coloniale, la gauche républicaine Française eut alors recours à des références qui aujourd’hui tomberaient sous le coup de la loi.

Clemenceau, alors opposant à cette politique coloniale,
répondit à Ferry en ces termes :
« Vous nous dites « nous avons des droits sur les races inférieures »
[interruption du député Bonapartiste Paul de Cassagnac :
« c’est la théorie des négriers ! » !], c’est bientôt dit !
Race inférieure les Hindous !
Avec cette grande religion bouddhiste qui a quitté l’Inde pour la Chine ?
Avec cette grande efflorescence d’art dont nous voyons encore les magnifiques vestiges ?
Race inférieure les Chinois ?
Inférieur Confucius ? » (discours à la chambre du
30 juillet 1885.)

Ecoutons aussi Jean Jaurès, grand icône républicaine dans son discours devant
la Chambre en 1903 (3) :
« La civilisation [que représente la France] en Afrique auprès des indigènes, est certainement supérieure à l’état présent du régime Marocain. »

Ou Léon Blum le 9 juillet 1925 devant les députés :
« Nous
admettons le droit et même le devoir des races supérieures d’attirer à elles celles qui ne sont pas parvenues au même degré de culture et de les appeler au progrès réalisées grâce aux efforts de la science et de l’Industrie »…

Portée par son postulat philosophique, la gauche coloniale Française enjambait allégrement les contradictions.
Ainsi la
Société des Amis des Noirs, crée en 1788 pour lutter contre l’esclavage, changea-t-elle de nom au début du XIX ème siècle pour devenir
la
Société des Amis des Noirs et des Colonies.
Quant à Victor Schoelcher, le célèbre abolitionniste, aujourd’hui quasiment déifié, il fut secrétaire d’état aux colonies et coprésida en 1889 le congrès colonial international aux cotés du Général Faidherbe, conquérant du Sénégal…

Des républicains, des hommes de gauche, des laïcs militants furent donc des initiateurs de la colonisation, alors que toute la philosophie qui les animait reposait pourtant sur le contrat social. Pourquoi ?

La réponse est claire :
parce que la France républicaine avait un devoir, celui d’un aîné devant guider son cadet non encore parvenu à l’éclairage des Lumières.


Jusque dans les années 1890, la position de la droite nationaliste fut claire :
la France devait choisir entre la « revanche » envers l’Allemagne, un impératif patriotique, et l’expansion coloniale, chimère détournant les Français de la ligne bleue des Vosges.

Dés lors toute aventure coloniale était considérée comme une trahison.
Cet anti colonialisme de droite fut bien incarné par Paul Déroulède et Maurice Barrès.
Pour le premier, la cause était entendue : jamais les colonies ne pourraient offrir une compensation à la perte des provinces occupées par l’Allemagne et c’est dans ce sens qu’il déclara à Jules Ferry :
« J’ai perdu deux sœurs et vous m’offrez vingt domestiques » !(3)

Face à la cohérence philosophique de la gauche coloniale,
la droite Française était plus divisée : il s’agissait d’un choix entre les priorités d’action.
Charles Maurras
a résumé cette attitude :

« Les Français ont été autrefois très divisés sur la politique coloniale.
Après 1870, dominait le parti du Recueillement et de la Revanche ;
Il groupait des hommes aussi différents que le Duc de Broglie et Clemenceau.
Ils disaient, ils savaient que les Empires coloniaux, s’ils ne se gagnent pas sur les champs de bataille de l’Europe, ne se perdent à coup sur que là.
Il voulaient donc d’abord reprendre Metz et Strasbourg.
Après, mais après seulement, on serait parti à la conquête de l’univers. » (4)


Ceci étant, en dehors de certains milieux d’affaires minoritaires, qui avait adhéré
à la doctrine de Jules Ferry, en pensant comme lui (et à tort) que les colonies allaient être une bonne affaire la droite était initialement généralement anti coloniale quand la gauche était majoritairement ralliée au mouvement d’expansion coloniale.

Secondairement seulement la droite Française se rallia majoritairement au
« credo colonial », sous la pression entre autres de l’humanitaire
(rôle décisif dans la lutte contre l'esclavage) et du religieux  (évangélisation des Africains).

Jacques Marseille a bien résumé cet unanimisme :
« (…) le mot d’ordre commun est de civiliser ;
Il s’agit pour les républicains de conquérir des débouchés indispensables à l’économie et en même temps d’apporter les Lumières au monde et faire rayonner la civilisation Française ;
Pour les missionnaires, il s’agit de diffuser la religion catholique et de convertir ceux que l’on nomme alors des « primitifs ».
L’unanimité habite alors les deux camps de la gauche à la droite. » (5)


Ou l’on voit que la droite en 2006, ne devrait pas avoir de complexes vis à vis
de la politique coloniale Française.
La gauche aujourhui a totalement oublié (ou feint d'avoir oublié) cette page
de sa propre histoire.
Mais le terrorisme intellectuel de la propagande progressiste est puissant et l’inculture historique de nos hommes politiques abyssale…

 

Aujourd'hui n'est-il pas temps mesdames et messieurs d'associations à

but politique de vous battre contre les fléaux actuels :

esclavage de femmes, d'enfants, d'êtres humains à qui certains volent leurs organes,  les utilisent comme viande sexuelle ?

n'est-il pas tant d'utiliser votre énergie à d'autres fins que celles de réclamer

une repentance ou de maltraiter la France et les français...?

N'êtes vous pas vous-mêmes français pour agir aussi malhonnêtement intellectuellement ?

JE DOIS AJOUTER

MADAME TAUBIRA

MINISTRE DE LA JUSTICE


 

A suivre :

POUR EN FINIR AVEC LA REPENTANCE COLONIALE

IEP GRENOBLE

10/05/2012

DROIT DES FEMMES DANS LE MONDE

UN ANNUAIRE PAR PAYS

POUR LE DROIT DES FEMMES DANS LE MONDE (lire)

 

Cette page m'a intéressée car il est question des femmes.

Infos ou intox ? je ne peux vérifier, à vous de me dire ce que vous en pensez.

 


EN SAVOIR PLUS SUR NOUS :

Fraternet, c'est un groupe d'ami(e)s (sept personnes) qui se connaissent depuis une douzaine d'années. De quoi vivons-nous (question très souvent posée) ? Pas de Fraternet, c'est sûr ! Nous sommes réunis au sein d'une petite sarl consacrée à la création de sites sur Internet : nous créons des sites dans notre région (les Alpes du Sud)... Plus pour longtemps car nous envisageons de fonder notre maison d'édition on line afin d'aller plus loin dans le promotion de la Paix et de la Fraternité !...

 

fraternet.PNG

 

J'ai lu jusqu'au bout en page d'accueil :

INFOS : L'incompréhension de la laïcité…
22/01/2006
Ghaleb Bencheikh, théologien en France et spécialiste dans la religion musulmane (l'islam), analyse et nous explique le comment et le pourquoi de la religion et de la laïcité. (suite)

J'ai visité ce site.

Je ne suis pas du tout d'accord sur ce titre intitulé loisir :

Loisirs : La Marseillaise par G. Allwright

 

 

Fraternité c'est bien, les mots, les phrases...

ça ne mange pas de pain...

je vous laisse juge.

 

Je compte sur vos réactions si vous le souhaitez et si le temps de lire ne vous est pas compté.

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique