logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

25/03/2010

ZEMMOOUR BILGER

POUR UN COMPLEMENT D'INFORMATIONS CLIQUEZ SUR LES LIENS EN ROUGE

 

HYPOCRISIE

 

"La calomnie ce n'est pas mauvais...

contre l'hypocrisie..."

Alphonse ALLAIS

 

BIEN PENSANCE :

 "...En France, au 21eme siècle, dans le pays de Voltaire,

on n'a pas "le droit" de dire qu'on en a assez des professeurs gauchos,

en grève permanente et qui nous font des générations d'analphabètes !

On n'a pas "le droit" de penser qu'il y a trop d'immigrés clandestins qui profitent

de notre système social, imposent le voile à leurs femmes (au pluriel)

et font exciser leurs filles.

On n'a pas "le droit" d'écrire que telle ou telle catégorie de fonctionnaires

n'est qu'un ramassis d'incapables..."



LIBERTE D EXPRESSION :

"...Nos intellectuels ont gagné sur toute la ligne.

La liberté de pensée et d'expression n'existe plus dans ce pays.

On le voit chaque jour et les Français ne s'en rendent même plus compte

tant ils ont été matraqués par la propagande depuis tant d'années...

 

ZEMMOUR PARDONNE :

 

(il a osé dire ce qu'il avait constaté )


"
Les Français issus de l'immigration sont plus contrôlés que les autres

parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes... C'est un fait
".

"...Mercredi, Eric Zemmour avait reçu le soutien de la radio RTL où il tient une

chronique quotidienne et celui de l'avocat général près la cour d'appel de Paris,

Philippe Bilger. Sur son blog, ce dernier a validé les propos du  journaliste,

estimant que "beaucoup" des trafiquants sont noirs et arabes. .."


Philippe BILGER est bien placé en tant qu'Avocat Général près la cour d'appel de Paris

pour connaître la réalité des propos...



"
La garde des Sceaux Michèle Alliot-Marie attendra le résultat de cet entretien

avant de se prononcer sur l'intervention de l'avocat général, connu pour son franc-parler,

tout en rappelant "le devoir de réserve" qui s'impose aux fonctionnaires."


PHILIPPE BILGER :

"Je ne viole aucune obligation de réserve, je défends la liberté d'expression,

celle de Zemmour, comme j'aurais pu défendre celle d'un homme de gauche",

a répondu l'avocat général.

Selon lui, "
il faut se reporter à l'ensemble du billet,

il est relativement ambiguë, voir critique à l'égard d'Eric Zemmour.


Je ne défends pas Eric Zemmour, je défends sa liberté d'expression,

ce qui est très différent". "
C'est ce que je dirais demain

et je dirais aussi qu'on me foute la paix", a-t-il conclu.

 

 

PHILIPPE BILGER :

"Eric Zemmour ou le trublion officiel

 "Si Eric Zemmour n'existait pas, il faudrait l'inventer, il manquerait

chaque jour à notre univers médiatique...

Levée de boucliers. Indignation. Morale brandie. Quelle honte !

Consensus de la dénonciation. En réalité, du vent.


En effet, je propose à un citoyen de bonne foi de venir assister

aux audiences correctionnelles et parfois criminelles à Paris

et il ne pourra que constater la validité de ce "fait",

la justesse de cette intuition qui, aujourd'hui, confirment un mouvement

né il y a quelques années.

Tous les noirs et tous les arabes ne sont pas
des trafiquants mais beaucoup

de ceux-ci sont noirs et arabes.

Je précise car rien dans ce domaine n'est inutile :

qu'il y ait aussi des "trafiquants" ni noirs ni arabes est une évidence

et ne me rend pas plus complaisant à leur égard. 


Il n'est point besoin d'aller chercher des consolations dans les statistiques

officielles dont la finalité presque exclusive est de masquer ce qui crève

les yeux et l'esprit si on accepte de regarder. 


Je regrette qu'Alain Jakubowicz, président de la Licra et personnalité de valeur, 

ait décidé de poursuivre pour ces propos Eric Zemmour et qu'il ait ajouté

que ce dernier avait franchi "un cran".


Je regrette que Rachid Arhab, du CSA,  se soit égaré en  répliquant à Eric Zemmour

qu'il était "arabe, pas trafiquant mais au CSA", comme si ce dernier avait été

assez stupide pour généraliser absurdement sa perception.

Nous sommes tous très heureux que Rachid Arhab soit au CSA mais précisément

parce qu'il n'est jamais tombé dans les travers dénoncés par Zemmour...



...En réalité - et ce n'est pas la première fois -, personne n'a pris la peine

d'examiner le fond du propos. L'indignation quasi unanime n'a donc pas été

suscitée par la teneur de l'appréciation ni  son éventuelle vérité ou fausseté

mais par le simple fait qu'Eric Zemmour avait OSE DIRE cela...


... Eric Zemmour n'est pas en tort pour avoir exprimé ce qu'il a déclaré

mais pour s'être affranchi de la censure qui interdisait d'aborder clairement

un tel sujet.

Il doit être puni pour cause d'audace et non pour mensonge.

Il n'a pas franchi "un cran" mais dépassé une ligne que la bienséance et l'hypocrisie

considèrent comme absolue...


...A mon sens, Eric Zemmour est à la croisée des chemins.

Aujourd'hui, son discours et ses écrits - c'est le risque fondamental de la liberté :

si elle se répète, elle meurt - sont marqués du sceau du prévisible...

rien ne vaut la modestie d'une parole qui se cherche, s'invente et parfois même

s'étonne.  

Rien ne vaut les jaillissements de l'imprévisible, les surgissements d'une pensée

capable, quand il le faut, de se battre autant contre elle-même

que contre les opinions majoritaires, les surprises qu'une personnalité veut bien offrir

à ceux qui ont besoin d'elle dans un monde planifié.

 

A l'évidence, pour et par toutes les bonnes consciences avides

de stéréotypes.

Qu'au moins les esprits libres tentent d'échapper à cette malédiction !"

 

 

16:36 Écrit par Charline TABONI dans CHRONIQUES | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : zemmour, bilger |  Facebook

18/03/2010

LA MAISON DE MES PARENTS 3EME PARTIE

Mes secrets...

Les petits trésors d'une vie.

De petits et grands bonheurs ; des petits bouts d'histoire.

Au cours des années notre maison a subi de nombreuses transformations.

Des murs ont été cassés. La lumière naturelle est entrée, a agrandi la salle à manger.

La surface est pourtant restée la même.

Des fenêtres à double vitrages ont remplacé les petits carreaux et les encadrements

de chêne sont devenus pvc.

IMG_7185.JPG

 

Lorsque j'y reviens je retrouve mes fantômes, mes grands parents toujours

invités le dimanche et maman.

 

lequinttruffiertest.jpg

Mes grands-parents maternels et leurs trois enfants.

 

 

Maman reste présente dans toute la maison ;

sur les photos posées les meubles,

sur les photos retenues par de petits aimants,

posées sur le réfrigérateur ;

présente encore lorsque j'utilise la porcelaine de Limoge décorée de petits

boutons de roses fânés par les nombreux lavages ; 

lorsque Je cueille les fleurs qu'elle a plantées que je lui apporte dans son nouveau

jardin, celui où de nombreuses croix veillent sur nos défunts chéris.

PAPA MAMAN LIEVIN JARDIN.jpg


Je ne la vois pas mais je sens sa présence, près de moi, en moi.


La distance entre nos deux vies a augmenté le temps de la cicatrisation.

Mes premiers retours après son décès furent très douloureux.



Mes souvenirs sont nourris de mes secrets.

Ainsi  les chansons qui clôturaient les interminables repas familiaux,

qu'il m' arrive encore de fredonner.

Les souvenirs de ma communion solennelle où je revois toute la famille réunie ;

File0117.jpg

Ici en 1996 nous fêtions les Noces d'Or

dernier souvenir heureux que nous avions organisé.



Les enfants qui égayaient la maison, se sont éloignés les uns des autres. 

Certains par obligations, d'autres par choix.

Lorsque nous rendons visite à notre père, les trois  chambres à l'étage, 

reçoivent aujourd'hui nos enfants, leurs enfants et petits enfants que

maman n'a pas connus.



Ces pièces me parlent encore lorsque j' y passent mes nuits.

Des images réapparaissent et mon imagination s'emballe le temps d'un

souvenir. Elle s'apaise enfin avant d'entrer doucement dans la nuit, laissant

la place aux rêves.


Le grenier n'est jamais devenu salle de jeux.

Les enfants y ont laissé leurs "encombrants" ceux qu'ils n'ont pas vendus

aux puces.

 

Le jardin a accueilli balançoires et paniers de basket.

 

Les arbres fruitiers disparaissent eux aussi, épuisés par tant d'années d 'offrandes.

 

Les odeurs de crêpes, de gaufres, de tartes n'ont pas entièrement disparu

lorsque je m' installe dans la cuisine, ma pièce préférée. 

Celle  où le café de 17 heures était resservi aux invités qui passaient opportunément.

Celle où la cuisinière à charbon ronronnait les soirs d'hiver près de laquelle je

m' installais en rentrant de l'école.

Avec maman nous bavardions un moment je retardais le moment de faire

mes devoirs scolaires.


La mémoire est un coffre précieux où j'ai rangé mes souvenirs :

mes rancoeurs, mes blessures,  presque effacées de l'ardoise oubliée dans un

lointain tiroir ;

ainsi que mes petits bonheurs qui réapparaissent à l'occasion d'un cours d'écriture

par exemple.


(Aujourd'hui, une très grande angoisse me poursuit depuis la dernière et

récente
hospitalisation de mon père.

Après son départ que restera t-il de notre maison ?

Je veux croire à sa survie...au moins le temps qui sera le mien sur cette terre.)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique