logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

26/09/2011

LA RETRAITE SUR LA POINTE DES PIEDS

JE NE M'ÉTAIS PAS RENDUE COMPTE DU TEMPS QUI PASSE.


CE BLOG M'A PERMIS DE PARTAGER QUELQUES IDÉES,

QUELQUES PHOTOGRAPHIES, DE DÉCOUVRIR UN MONDE

NOUVEAU CELUI DES INTERNAUTES DE PLUS DE 5O ANS.

C'EST CE QUE JE RECHERCHAIS :

PRENDRE CONTACT AVEC DES JEUNES DE MON ÂGE.


JE SUIS HEUREUSE D'AVOIR CONNU CETTE AVENTURE.





RETRAITE NE SIGNIFIE PAS ABANDON.


JE PARS SUR LA POINTE DES PIEDS

JE SERAI
MOINS PRÉSENTE

IL M'ARRIVERA DE D
ÉPOSER UNE CHRONIQUE DE TEMPS EN TEMPS.

OU COMME AUJOURD'HUI LA MUSIQUE QUE J'AIME

QUI SE TROUVE DANS MA MODESTE DISCOTHEQUE.


 

 

CE BLOG A FÊTÉ SES TROIS ANS EN FÉVRIER 2011.

C'EST LE TEMPS QUE MET UN BLOG POUR VIVRE ET DISPARA
ÎTRE

SELON CERTAINES STATISTIQUES.


POUR FINIR CE TROP LONG DISCOURS




REJOIGNEZ MOI VERS L'ORCHESTRE...

 

AUJOURD'HUI BÉCAUD QUI A TOUJOURS ÉTÉ SANS LE SAVOIR

UN AMI VIRTUEL DONT LA VOIX RÉELLE

TEINT
ÉE DE MÉDITERRANÉE,

LES TEXTES ET LA MUSIQUE DE SES CHANSONS,

M'ONT PARFOIS AIDÉE

 RETROUVER UN TONUS DÉFAILLANT.

 


podcast


podcast

 

podcast

 

podcast


podcast

 


23/03/2010

DU COURS D ECRITURE...

"Je me souviens"

à la façon de GEORGES PEREC 

du cours d'écriture.

Un souvenir toujours présent, et une ambiance en demi-teinte :

la majorité  des participantes souhaitaient vraiment progresser tandis

qu' une
perturbatrice plus soucieuse d'attirer l'attention de notre  professeur,

n'attirait pas la moindre sympathie des élèves aux cheveux grisonnants...


Entre deux exercices très ludiques je n'étais pas la dernière à amuser la galerie.

Et voici le travail :



texte pour sylvie : (notre animatrice)

"SOUVIENS-TOI MOI JE ME SOUVIENS"



Mais si souviens-toi, je t'ai souvent parlé d'elle, nous étions inscrites au cours

de tai chi chuan !


Je me souviens de nos cours tardifs et des kilomètres que nous parcourions

la nuit tombée en hiver, pour rejoindre la salle de tai chi.

Nous partions parfois ensemble dans ma voiture ou dans la sienne.

Notre cours avait lieu à 20h30.

Sylvie me donnait rendez-vous et nous nous dirigions vers le stade couvert

de Mittelhausbergen. (près de Strasbourg)


Je me souviens de Sylvie en pantalon de jogging et tee shirt ;

ses longs cheveux remontés en une mèche épaisse bicolore,

retenus par une pince accrochée derrière la tête.

 


Je me souviens de ses mouvements lents et souples, de sa concentration

et de son tai chi chuan qui la distinguait du groupe.


Trois années se sont écoulées lorsque par hasard sur internet me trouvant

sur le site des Dernières Nouvelles d'Alsace

je lus : "Sylvie la passeuse de mots".

 

J'interpellais mon mari : "c'est Sylvie !" souviens toi..."

 

Je me souviens qu'après avoir lu l'article je lui envoyais un message pour la féliciter

et lui dire combien je serais heureuse de participer à son cours d'écriture dont elle

serait l'animatrice.

Le thème de ses cours était la autobiographie.


Je me souviens de sa réponse inscrite dans ma messagerie :

"tu seras la bienvenue charline..."


Je me souviens de mon hésitation à m'engager et de l'inquiétude du premier contact.

Je suis toujours intimidée lorsque j'entreprends une nouvelle activité.

Heureusement il y avait Sylvie, son charme, son sourire.

Elle paraissait moins fragile ; ses cheveux courts étaient moins blonds.

Sa voix douce et son regard clair me rassuraient.

Je me suis sentie bien à la fin du cours et je savais que je reviendrais.



Je me souviens du cadavre excquis, d'un conte que Sylvie nous a lu ;


je me souviens d'un jeu dont le but consistait à changer tous les mots

ou les verbes d'un texte que nous avions rédigé.

Nous devions les remplacer par d'autres mots ou d'autres verbes pris

au hasard dans une page d'un livre posé sur la table dont le titre était caché.



Je me souviens des réactions et des rires de Sylvie lorsque Marianne dans ses écrits

utilisait l'humour ou la dérision.


Je me souviens des bavardages entre Sylvie et Claude qui lui racontait des histoires

tandis que nous travaillions...


Je me souviens de l'angoisse d'Angèle devant la petite page de son carnet.

Angèle qui espérait l'aide improbable d'une muse qui viendrait la sauver.


Je me souviens de Denise qui avant de lire ses textes tentait toujours un début

d'explication comme si elle avait jugé incompréhensible le travail

qu'elle nous présentait.


Je me souviens de Brigitte, très à l'aise dans ses contes en compagnie de ses héros.


Je me souviens de moi toujours émue et chagrinée lorsqu'il s'agissait de lire un travail

que j'avais à peine ébauché et qui ne serait jamais parfait.


Je me souviens de la patience de Sylvie lorsqu'elle nous rappelait qu'écrire

est une affaire de volonté, de travail, de recherche et de lectures.


Je me souviens de Sylvie écoutant et prenant des notes sur une feuille

pendant que nous lisions nos textes ; de ses encouragements et de sa façon

délicate de nous faire part de ses suggestions.


Je me souviens des mises en garde et des conseils ;

de la concentration qui régnait le temps d'exécuter les exercices

et qui laissait place au défoulement dès que l'occasion se présentait.


Je me souviens de Sylvie nous annonçant qu'elle ne pouvait répondre aujourd'hui

à notre interrogation sur le devenir de notre atelier.

Sylvie a été notre accompagnatrice sur un bout du chemin qui mène à

l'autobiographie parcours imprimé de souvenirs.



Lorsque j'étais enfant, je me souviens que mes parents me 

recommandaient  :

"dis toujours merci !".

"Merci Sylvie !"

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique