logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

« LE MONT ST ODILE | Page d'accueil | PATRIMOINE MONDIAL DE L'UNESCO »

29/06/2012

LA MAISON OU J'AI GRANDI

LA MAISON DE MES PARENTS :

J'ai retrouvé des textes datant de 2010, travail effectué pour l'atelier d'écriture.

Aujourd'hui je prépare la conclusion d'une partie de mon histoire personnelle.


BIENVENUS


PRESENTATION DES GARAGES DU JARDIN


PRESENTATION DE MES PARENTS

 

 

4eme partie

La maison est vide.

Le 30 mars 2011 notre père quittait sa maison pour la dernière fois.

Il allait vivre un autre bonheur chez notre plus jeune frère, entouré de ses enfants

et petits enfants à 40 kilomètres de sa maison, après sa énième sortie de l'hôpital.

Un grand sacrifice que je comprends mieux aujourd'hui...pauvre papa !

Il a fermé les yeux le 27 décembre 2011.

Notre maison elle aussi ferme lentement les yeux.

Les meubles ont été partagés ou vendus.

Le jardin s'ennuie des rires et des cris.

Le garage est bien triste...

A suivre...

10:41 Écrit par Charline TABONI dans ATELIER D'ECRITURE, CHRONIQUES, HOMMAGES | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook

Commentaires

Coucou Charline !
Ah ! quand nos parents ne sont plus et que nos endroits , nos objets du bonheur se dispersent , c'est dure , j'en sais quelque chose .
En fait c'est une page de notre vie qui tourne à tous et après ce n'est plus pareil nous sommes orphelins .
Bizoux et bonne journée !
Françoise

Écrit par : françoise la comtoise | 29/06/2012

Toujours des moments bien pénibles même si on le sait, ça ne change rien aux pincements au coeur.
Comment y échapper ? pas possible !
Bon courage, je t'embrasse

Écrit par : Biche | 29/06/2012

Grosses bises Charline!

Écrit par : Brume | 30/06/2012

La maison est devenue silencieuse mais revivra avec d'autres gens, d'autres enfants. Cele me fait penser à une chanson de Benabar. Un des rares que j'aime de lui d'ailleurs.
Lorsque j'ai débarrassé l'appartement de mon père - celui ou je suis née - j'ai aussi eu mal au coeur. J'aurais aimé être fortunée et pouvoir le garder.
Ainsi va la vie ma chère Charline. La raison l'emportera sur le sentiment.
Je t'embrasse
Geneviève

Écrit par : Genevieve | 01/07/2012

moi je n'ai même plus de maison et les meubles que mon papa menuisier m'a fait il y a 50 ans sont dans la cave de mon immeuble

Dominique

Écrit par : papydompointcom | 04/07/2012

Bonjour Charline

Comme d'autres, j'ai suivi en leur temps les trois textes que tu avais écrits sur cette maison, ses odeurs, le jardin et la présence de tes parents. C'est le sort de chaque maison de vivre l'enfance de chacun de nous, de nous accueillir quelques années, les plus belles car celles de l'enfance. A notre tour de créer un nid où nos petits puiseront leurs racines pour grandir.

L'époque n'est plus où, dans la ferme familiale, les générations se suivaient pendant des siècles, où on ajoutait une aile pour le fils cadet, où on reléguait l'ancêtre dans un petit lit quand l'aîné prenait la direction de la maison.

Estime toi heureuse d'avoir pu grandir dans une seule maison. J'en ai connu quatre ou cing étant enfant, et je pense que si je n'ai pas les mêmes regrets que toi, je pense que ce n'est pas mieux !

Bises du grillon

Écrit par : Christian | 05/07/2012

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique