logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

« EN MAI... | Page d'accueil | UN PREMIER MAI »

27/04/2009

REFERENDUM DU 27 AVIL 1969

28 avril 1969 :

de Gaulle s’en va

medium_DeGaulleTVbig.jpg

QUEL PANACHE !

"Après 11 ans de règne ininterrompu, de Gaulle quitte le pouvoir.

La veille, les Français ont voté « Non » à son dernier référendum.

Une page de l’histoire est tournée."

Plus que Chirac très haut dans les sondages depuis qu'il a quitté le pouvoir,

de Gaulle restera dans l'histoire. C'est mon avis.

"Tout a commencé trois mois plus tôt. En voyage officiel en Bretagne, de Gaulle attire partout des foules toujours imposantes malgré quels cris hostiles organisés à Rennes et Brest notamment. A Quimper, le 2 février 1969, créant la surprise, il annonce qu’un référendum sur la réforme des régions et la transformation du Sénat aura lieu au printemps..."

medium_ch_de_gaulle.jpg

Allocution radiodiffusée, 30 mai 1968

"...La France, en effet, est menacée de dictature. On veut la contraindre à se résigner à un pouvoir qui s'imposerait dans le désespoir national, lequel pouvoir serait alors évidemment et essentiellement celui du vainqueur, c'est-à-dire celui du communisme totalitaire. Naturellement, on le colorerait, pour commencer, d'une apparence trompeuse en utilisant l'ambition et la haine de politiciens au rancart. Après quoi, ces personnages ne pèseraient pas plus que leur poids qui ne serait pas lourd.

Eh bien ! Non ! La République n'abdiquera pas. Le peuple se ressaisira. Le progrès, l'indépendance et la paix l'emporteront avec la liberté.

Vive la République !

Vive la France !"

medium_president.jpg

Communiqué du 28 avril 1969

"Je cesse d'exercer mes fonctions de Président de la République.

Cette décision prend effet aujourd'hui à midi."

medium_arton76.jpg

 

 LA CLASSE POLITIQUE PRISE DE PANIQUE

"...En mai 1968, « ni la classe politique, ni précisément le parti communiste n'avaient mesuré la faiblesse de l'État et combien il était vulnérable, mal assuré de lui-même et de ce qu'il représentait », témoigne Michel Jobert, directeur du cabinet du Premier ministre (p. 40). De Gaulle lui-même s'exclama à Baden-Baden : « Tout est foutu. Les communistes ont provoqué une paralyse générale du pays. Je ne commande plus rien ». Et François Mitterrand déclara : « Il n'y a plus d'État. Et, ce qui en tient lieu ne dispose pas des apparences du pouvoir » (Déclaration à la presse le 24 mai). Situation surchauffée, il ne manquait que l'étincelle..."

..."La situation devenait explosive. Voici comment le chef de la police parisienne l'apercevait :

« J'ai le sentiment étrange que ces géants : le pouvoir, le C.G.T., le parti communiste, la gauche socialiste, l'U.D.R., sont là, dans la nuit, comme de puissants fauves qui s'observent en silence avant de s'affronter. Aucun n'est totalement sûr de sa force..."

"...Dans cet essai je me réfère exclusivement à la quatrième et dernière phase, la plus dramatique, quand la France se trouva au bord de l'abysse et faillit y tomber. Quatre journées seulement seront considérées ici : du lundi 27 mai au jeudi 30 mai..."

Je vous invite à lire "PETAIN ET DE GAULLE" de J-R. TOURNOUX

GEOSTRATEGIQUE.NET

"...En 1964, dans son Pétain et de Gaulle (Plon), un ouvrage qui avait marqué son temps tant il foisonnait d’anecdotes et de documents mal connus ou inédits, Jean-Raymond Tournoux avait mis en scène la panoplie de sentiments qui s’étaient tissés entre ces deux personnages. Mais avec le temps, les passions qui s’émoussent, les innombrables études, Lottman tente de clore ce duel qui a pour partie décidé du sort des Français au milieu du XXe siècle. Première rencontre en octobre 1912, au 33e RI à Arras. Pétain en est depuis peu le colonel, il a 56 ans. Le sous-lieutenant de Gaulle sort de Saint-Cyr ; il a choisi ce régiment où il a accompli son année obligatoire de service militaire. Tout sépare les deux hommes. L’âge : trente-quatre ans entre eux deux..."

L'Histoire retiendra le grand Homme d'Etat et le grand militaire qu'il a été.

Je souhaite qu'elle n'oublie pas les français d'Algérie 

ainsi que celles et ceux qui avaient choisi la France

et qui ont été abandonnés.

 

 

11:45 Écrit par Charline TABONI dans HOMMAGES | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook

Commentaires

Bon repos, bonnes vacances dans l'Hérault.

Bises.

Écrit par : josiane | 27/04/2009

J'ai vécu cette période...j'étais étudiante à Paris....que de souvenirs!!!

Je te souhaite un très bon séjour à Montpellier..profite bien de MA grande bleue
je vais aller à Alger pendant ce mois...tu comprendras mon bonheur!!
Gros bisous et à bientot!

Écrit par : Jacqueline | 27/04/2009

salut
plein de souvenirs de cette époque
après lui ca s'est vite dégradé
bonne soirée

Écrit par : bunny le chti | 27/04/2009

Bonjour Charline . je crois que peu de présidents auront marqué ou marqueront l'histoire de la France comme lui . un grand homme dans tous les sens du terme . bonne journée . bises . jean-pierre

Écrit par : Jeanpierre | 27/04/2009

Ok et en 69, il y avait du travail, on partait vers la Capitale.... et la campagne vivait avec quelques francs en poche!

bonnes vacances!!! bises!

Écrit par : Fancri | 28/04/2009

coucou, je ne l'ai pas connu, j'avais 1 an
bien sûr que je l'ai découvert bien après

bisous

Écrit par : corinne | 28/04/2009

salut
ben je suis revenu de mon stage
alors je vais visiter les blogs
bonne journée

Écrit par : bunny le chti | 29/04/2009

Bon WE du 1er mai bises!!!!!

Écrit par : Fancri | 30/04/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique