logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

« LES CHTIS EN FOLIE vidéos | Page d'accueil | A VOIX HAUTE »

04/03/2008

LES SERMENTS DE STRASBOURG

Je n'avais pas du tout envie de quitter Toulon, pour Strasbourg que je ne connaissais pas, qui se trouvait tellement éloignée de la Méditerranée, de l'Atlantique et de la Mer du Nord.
Eloignée de la mer, tout simplement ; des poissons frais ; du marché du Pont du Las, de la douceur de vivre...

Ma vie aujourd'hui à Strasbourg est agréable ; j'y suis très heureuse. Cette ville  mérite son statut de Capitale Européenne. Je vous invite à la découvrir, au rythme des évènements qui attireront mon attention.  Je sais qu'un jour vous passerez par ici...les cigognes vous attendent.

 


Les Serments de Strasbourg (842)

"Strasbourg joua un rôle fortuit durant les guerres pour la succession de l'empire carolingien, que se livrèrent les petits-fils de Charlemagne: Charles le Chauve, Louis le Germanique et Lothaire. Après leur victoire sur leur frère Lothaire à la Bataille de Fontenoy-en-Puisaye, c'est devant les remparts de Strasbourg que les armées de Charles le Chauve et Louis le Germanique firent leur jonction, le 14 février 842. Sous une tempête de neige, les souverains échangèrent des serments destinés à renforcer leur alliance contre Lothaire.

Les deux rois s'adressèrent d'abord, chacun dans sa propre langue, à leurs troupes afin de leur expliquer l'importance de la cérémonie.
Puis Louis le Germanique, pour être compris des soldats de Charles le Chauve, prononça son serment en langue romane:

Pro Deo amur et pro christian poblo et nostro comun salvament, d'ist di in avant,
Pour l'amour de Dieu et pour le chrétien peuple et notre commun salut, de ce jour en avant,
in quant Deus savir et podir me dunat, si salvarai eo cist meon fradre Karlo,
en tant que Dieu savoir et pouvoir me donne, ainsi secourrai-je ce mien frère Charles,
et in adjudha et in cadhuna cosa si cum om per dreit son fradra salvar dift,
et en aide en chacune chose si comme homme par droit son frère sauver doit,
in o quid il mi altresi fazet; et ab Ludher nul plaid nunquam prindrai
en ce (à condition) qu'il me fasse autant; et de Lothaire nul accord jamais ne prendrai,
qui meon vol cist meon fradre Karlo in damno sit.
qui par ma volonté, à ce mien frère Charles soit dommageable.

À son tour Charles le Chauve jura en langue tudesque:

In Godes Minna ind in thes christianes folches ind unser bedhero gehaltnissi,
fon thesemo dage frammordes, so fram so mir Got geuuizci indi mahd furgibit,
so haldih thesan minan bruodher, soso man mit rehtu sinan bruder scal,
in thiu thaz er mig so sama duo, indi mit Lundheren in nohheiniu thing ne gegango,
the, minam uuillon imo ce scadhen uuerdhen.

« Pour l'amour de Dieu et pour le salut du peuple chrétien et notre salut à tous deux, à partir de ce jour dorénavant, autant que Dieu m'en donnera savoir et pouvoir, je secourrai ce mien frère, comme on doit selon l'équité secourir son frère, à condition qu'il en fasse autant pour moi, et je n'entrerai avec Lothaire en aucun arrangement qui, de ma volonté, puisse lui être dommageable. »

Les guerriers des deux armées prêtèrent également serment, chacune dans sa propre langue:

l'armée de Charles jura en ces termes:
Si Lodhuvvigs sagrament que son fradre Karlo jurat, conservat,
Si Lodhwig garde le serment que à son frère Karle il a juré,
et Karlus meos sendra, de sua part, non l'ostanit, si io returnar non l'int pois,
et Karle, mon seigneur, de sa part, ne le tient, si je ne l'en puis détourner,
ne io, ne seuls cui eo returnar int pois, in nulla adjudha contra Lodhuvvigs nun li iv er.
ni moi, ni nul que j'en puis détourner, en nulle aide contre Lodhwig ne lui en cela serai.

l'armée de Louis jura en ces termes:
Oba Karl then eid then er sinemo bruoder Ludhuvvige gesuor geleistit,
indi Ludhuvvig, min herro, then er imo gesuor forbrihchit, ob ih inan es iruuenden ne mag,
noh ih noh thero nohhein, then ih es iruuenden mag, uuidhar Karle imo ce follusti ne uuirdhit.

 « Si Charles observe le serment qu'il a juré à son frère Louis et que Louis, mon seigneur, rompt celui qu'il lui a juré, si je ne puis l'en détourner, ni moi ni aucun de ceux que j'en pourrai détourner, nous ne lui prêterons aucune aide contre Charles. »

J'ai utilisé le site de Pierre JUILLOT I.Re.S. Strasbourg

STRASBOURG aujourd'hui

medium_strasbourg.jpg

Strasbourg
Photo Patrick Bantzhaff

 

Rediffusion en attendant mon retour

Commentaires

c'est quoi "j'aime le Welsh rarebit" ?



Dominique

Écrit par : papydompointcom | 04/03/2008

Bonsoir, peut être allons nous y retourner une troisième fois qui c'est, la première dans les années 80 avec mon fils aîné, sortie d'école et bien plus tard vers 2004 marché de Noël que nous avons aimé et apprécié.
Très belle ville Strasbourg très illuminée et je penses aussi à une très belle photo , dans l'un des albums, la chaussée avec une alsacienne construite de pavés.
Amitiés Ch'ti, Christian de Liévin.

Écrit par : kiki | 05/03/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique